Émissions pour la jeunesse

Introduction

D’après des études récentes menées dans de nombreuses régions du monde, le contenu de plus de 70 % des émissions radio s’adresse aux adultes. En Afrique, ce pourcentage est plus élevé. Dans une étude récente menée au Nigeria, par exemple, les chercheurs ont constaté que le contenu destiné aux jeunes (définis par les Nations unies comme étant âgés de 15 à 24 ans) ne représentait que 1,4 % du temps d’antenne. L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture encourage les stations de radio à proposer davantage d’émissions axées sur les jeunes.

Les jeunes représentent une énorme source d’auditeur.trice.s potentiels. En Afrique, environ 60 % de la population a moins de 25 ans et 41 % de cette tranche a moins de 15 ans. L’expérience en matière de reportage et de radiodiffusion crée un ensemble de compétences utilisables avec un large éventail d’applications dans la vie réelle. L’apprentissage de la recherche, de l’interview et de la diffusion renforce la confiance des jeunes et développe leurs compétences en matière de communication et de pensée critique. Cela permet également d’aborder les problèmes actuels qui touchent les jeunes, notamment l’éducation, les compétences nécessaires pour la vie courante, la toxicomanie et les comportements criminels, la santé sexuelle et reproductive et la violence basée sur le genre.

De nombreuses stations de radio évitent les émissions destinées aux jeunes parce que ceux-ci ne constituent pas un marché lucratif pour les annonceur.euse.s ou les consommateur.trice.s de biens et de services. Pourtant, la radio offre une réelle opportunité d’engager les jeunes dans des discussions et des changements positifs pour eux-mêmes et leurs communautés.

Il existe deux approches principales en matière d’émissions pour la jeunesse. La première consiste pour les radiodiffuseur.euse.euse.s adultes à produire et à diffuser des émissions dont le contenu est conçu pour les jeunes. La deuxième approche, moins courante, mais peut-être plus efficace, consiste pour les stations de radio à permettre aux jeunes de produire et de diffuser eux-mêmes des émissions. Pour ce faire, les stations peuvent travailler avec les jeunes, les encadrer et renforcer leurs compétences, et les amener progressivement à produire des émissions de manière presque autonome. Voici une remarque importante qui s’applique aux deux approches :les émissions destinées aux jeunes ne sont efficaces que si les jeunes eux-mêmes considèrent que les émissions sont bonnes.

Ce guide pratique à l’usage des radiodiffuseur.euse.s traite des avantages des émissions pour la jeunesse et explique comment les stations de radio peuvent diffuser des émissions qui profitent aux jeunes, à leurs stations de radio et à leurs communautés, et comment les jeunes peuvent contribuer à ces émissions.

Comment les émissions pour la jeunesse peuvent-elles bénéficier aux jeunes?

  • Elles aident les jeunes à acquérir et à développer des compétences en matière d’émissions de radio et d’autres compétences professionnelles, améliorant ainsi leur employabilité dans le domaine de la radio et bien d’autres.
  • Elles inscrivent les questions relatives à la jeunesse à l’ordre du jour des programmes communautaires et nationaux.
  • Lorsque les gouvernements, les organisations et les autres décideurs examinent les questions soulevées par les jeunes sur les ondes, cela contribue à améliorer l’estime de soi des jeunes.
  • Elles mettent en relation des jeunes ayant des besoins et des problèmes spécifiques avec des spécialistes qui peuvent les aider, et elles mettent en relation des jeunes disposant de compétences et d’aptitudes particulières avec des personnes qui peuvent les aider à développer ces compétences et ces aptitudes.
  • Elles améliorent la capacité des jeunes à prendre leur vie en main, y compris leur vie sociale et leur situation financière.

Comment les stations de radio peuvent-elles tirer profit des émissions pour la jeunesse?

  • Elles leur fournissent un contenu de programmation supplémentaire.
  • Elles leur permettent d’avoir un auditoire plus large, car les jeunes ont tendance à écouter les stations de radio qui les ciblent.
  • Elles attirent des annonceur.euse.s et d’autres parties prenantes qui proposent des biens et des services aux jeunes.
  • Elles renforcent le mandat d’une station de radio pour servir les objectifs de développement de la communauté.

Comment les émissions pour la jeunesse peuvent-elles bénéficier aux communautés?

  • Elles aident les communautés à discuter des besoins des jeunes et à y répondre.
  • Elles aident les groupes de jeunes de la communauté à avoir confiance en eux et à participer à la recherche de solutions communautaires.
  • Elles contribuent à former les futurs dirigeant.e.s de la communauté.
  • Elles diffusent un large éventail d’opinions qui peuvent permettre à la communauté de mieux comprendre les questions sociales, par exemple les questions d’égalité entre les hommes et les femmes.

Considérations éthiques dans le cadre du travail avec les jeunes

Les jeunes ont les mêmes droits que les personnes plus âgées et doivent être traités avec le même respect. Mais travailler avec les jeunes exige de tenir compte de considérations éthiques particulières, telles que celles mentionnées ci-dessous

  • Consentement éclairé:Lorsque les jeunes n’ont pas atteint « l’âge de la majorité » (qui est souvent de 18 ans, mais qui varie selon les pays), il est essentiel d’obtenir la permission des parents ou des tuteur.trice.s du jeune avant de lui permettre de participer à une émission de radio. Le consentement éclairé exige également que vous informiez les jeunes participant.e.s qu’ils et elles peuvent être enregistrés, que leurs voix seront diffusées et que de nombreuses personnes dans leurs communautés et ailleurs les entendront.
  • Confidentialité : Ne divulguez jamais l’identité des jeunes participant.e.s sans leur permission. Les renseignements personnels des jeunes, par exemple leur numéro de téléphone, leur nom sur les réseaux sociaux, leur adresse ou leur adresse courriel ne doivent jamais être divulgués.
  • Sécurité et bien-être :Assurer la sécurité et le bien-être des jeunes participant.e.s doit être une priorité absolue à tout moment. Par exemple, prenez des mesures pour vous assurer que les jeunes sont physiquement et émotionnellement en sécurité lorsqu’ils réalisent des interviews sur le terrain ou lorsqu’ils sont interviewés à l’antenne. N’oubliez pas que l’obtention du consentement des participant.e.s est un processus continu.
  • Professionnalisme:Les radiodiffuseur.euse.s et les autres membres du personnel de la radio doivent faire preuve d’un grand professionnalisme lorsqu’ils travaillent avec des jeunes. Utilisez un langage approprié, sensible au genre et évitez les blasphèmes. Être respectueux dans toutes les interactions avec les jeunes, par exemple en maintenant une distance physique respectueuse.
  • Pas d’exploitation:Les jeunes participant.e.s ne doivent pas être exploités à des fins d’audimat ou autres. Par exemple, les chaînes ne doivent pas exploiter les jeunes en couvrant des sujets « sensationnels » qui rabaissent ou dégradent les sujets des reportages.
  • Activités adaptées au développement:Veiller à ce que toutes les activités auxquelles participent les jeunes soient adaptées à leur âge. Cela est particulièrement nécessaire lorsqu’il s’agit de sujets sensibles tels que la santé sexuelle et reproductive. N’exposez jamais les jeunes à du matériel ou à des situations d’adultes dont ils n’ont ni le contexte ni l’expérience pour gérer.
  • Leadership éthique: Les radiodiffuseur.euse.s qui travaillent avec des jeunes dans le cadre d’émissions de radio doivent faire preuve d’un leadership éthique et donner le bon exemple. Par exemple, ils doivent s’efforcer de diffuser des émissions sûres et inclusives, développer des relations positives avec les partenaires, les participant.e.s et les autres personnes impliquées dans les émissions, et pratiquer la transparence et la responsabilité.
  • Collaborer avec des ONG dans le cadre d’émissions pour la jeunesse :Avant de collaborer avec des ONG ou d’autres partenaires, assurez-vous qu’ils adhèrent aux normes éthiques du travail avec les jeunes décrites ici.

Comment commencer?
Comme susmentionné, il est recommandé que les émissions efficaces pour la jeunesse commencent par des émissions produites et diffusées par des adultes et qu’ils passent ensuite à des émissions produites et diffusées par les jeunes eux-mêmes.

Voici les étapes que les radiodiffuseur.euse.s pourraient suivre pour atteindre ce deuxième type d’émissions pour la jeunesse.

  1. Émissions pour la jeunesse produites par des adultes
  2. Travailler avec les groupes de jeunes existants
  3. Former de nouveaux groupes de jeunes
  4. Former les jeunes à la présentation et à la production d’émissions pour la jeunesse
  5. Études de cas — Émissions pour la jeunesse produites et présentées par des jeunes

Détails

1. Émissions pour la jeunesse produites par des adultes

Si votre station de radio ne dispose pas déjà d’une plage horaire réservée à la programmation axée sur les questions relatives à la jeunesse, c’est la première chose à faire. Avant de choisir le créneau horaire, consultez les jeunes de votre zone d’écoute pour en savoir plus sur leurs habitudes d’écoute, puis choisissez le créneau en conséquence.

En tant qu’adulte producteur.trice d’émissions pour la jeunesse, n’oubliez pas de toujours placer les questions et les intérêts des jeunes au centre de votre programmation. Recueillez des informations auprès des jeunes par le biais d’interviews, de micros-trottoirs, de discussions en groupe et d’autres méthodes. Accordez la priorité aux voix des jeunes plutôt qu’aux vôtres dans chaque émission.

Pour évoluer vers des émissions produites par des jeunes, les stations de radio doivent s’assurer que, tout en rassemblant du contenu, elles jettent les bases pour que les jeunes puissent produire et présenter des émissions. Cela ne peut se faire qu’en formant les jeunes. La production de documentaires, de reportages et d’articles d’actualité dans des délais serrés exige des compétences et de la concentration. Pour permettre aux jeunes de produire leurs propres émissions, les radiodiffuseur.euse.s doivent prendre les mesures suivantes :

  • Recueillir des informations sur les caractéristiques démographiques et les habitudes d’écoute de la radio auprès des jeunes. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez le module d’autoapprentissage en ligne de RRI, Connaître son public (pour accéder au module, rendez-vous à l’adresse suivante : www.farmradiotraining.org. Nom d’utilisateur : votre adresse courriel. Mot de passe : Farmradio50!)
  • Rendez visite à des groupes de jeunes afin de recueillir des informations pour votre émission.
  • Si vous ne connaissez pas les groupes de jeunes de votre région, contactez des organisations de jeunes qui pourraient parrainer des groupes ou vous aider à en créer de nouveaux.
  • Invitez des membres de ces groupes à participer à vos émissions.
  • Invitez des adultes qui travaillent régulièrement avec des jeunes à participer à vos émissions.
  • Explorez différents formats qui sont attrayants et qui attireront un public de jeunes. Il peut s’agir de théâtre ou de théâtre forum, de micros-trottoirs, de débats de spécialistes ou d’autres formats.
  • Si possible, demandez à un jeune d’animer l’émission avec vous.
  • En rendant visitant des groupes de jeunes et en recueillant du contenu pour vos émissions, recherchez des jeunes qui pourraient devenir des journalistes pour la jeunesse. Commencez à les former à la réalisation d’enregistrements audio, à la rédaction de textes radiophoniques, au montage, au mixage et à la présentation à la radio. Cet encadrement précoce facilitera grandement le processus de transfert de l’émission.

2. Travailler avec les groupes de jeunes existants

De nombreuses communautés ont des groupes de jeunes qui ont été formés pour diverses raisons. Les radiodiffuseur.euse.s peuvent rencontrer ces groupes, découvrir les sujets que les membres du groupe jugent importants de discuter, et impliquer les membres dans leurs émissions de radio. Plus tard, les radiodiffuseur.euse.s peuvent inviter les responsables confiants et éloquents de ces groupes à assumer des rôles plus formels. Les membres que vous choisissez doivent être faciles à comprendre pour un public de jeunes, engagés et disponibles. En choisissant des membres présentant ces caractéristiques, vous augmenterez votre capacité à attirer de nouveaux jeunes pour écouter les émissions ou participer directement à la production d’émissions.

En travaillant avec des groupes existants, la station de radio doit avoir deux objectifs :

  1.  impliquer les jeunes dans l’émission, et
  2. identifier les jeunes à former en tant que jeunes journalistes.

Pour le premier objectif, la station doit impliquer les membres du groupe dans le choix du format de l’émission de radio (théâtre, discussion, débat, interview, etc.) Les jeunes peuvent également aider à choisir les sujets des émissions. De plus, ils peuvent participer à la recherche d’un nom pour l’émission, au choix du meilleur moment pour la diffuser et au choix de la musique et des autres éléments de divertissement ou des médias sociaux qui les enthousiasmeront le plus pour l’émission. Dans la mesure du possible, l’émission doit intégrer les suggestions des jeunes.

Pour atteindre le deuxième objectif, la station de radio doit identifier les radiodiffuseur.euse.s potentiels dans le groupe de jeunes. Il doit s’agir de jeunes gens ambitieux, disciplinés et enthousiastes. Ces personnes doivent recevoir une formation de base sur une variété de compétences, allant de la façon dont un.e radiodiffuseur.euse recueille et rédige le contenu d’une émission à l’enregistrement d’une émission. N’oubliez pas que la pratique constitue la meilleure façon d’apprendre. À terme, vous souhaiterez confier le processus de production à ces stagiaires et les suivre pendant qu’ils collectent le contenu et préparent l’émission de manière autonome. Veuillez leur faire part de vos observations à chaque étape pour vous assurer que les jeunes radiodiffuseur.euse.s comprennent ce qu’ils et elles doivent faire pour produire une émission de radio complète et efficace pour le développement.

Un projet radiophonique qui a intégré les enfants et les jeunes dans la programmation radio est la Campagne radiophonique Watoto dans l’est de la République démocratique du Congo (voir ci-dessous). Tout en recrutant des jeunes pour devenir des radiodiffuseur.euse.s, le projet a renforcé l’accès des jeunes à la radio par le biais d’une participation active à l’antenne. Les jeunes sont intervenus en tant que coproducteur.trice.s et coanimateur.trice.s d’émissions de radio, ont été invités à des émissions de radio et ont joué dans une série de feuilletons radiophoniques diffusée sur différentes stations de radio dans l’est de la RDC. Finalement, le projet a permis d’identifier plus de 30 jeunes journalistes capables de produire et de présenter des émissions pour les jeunes et de les mettre en contact avec des stations de radio.

Le site Web de RRI propose également des ressources telles que des textes radiophoniques et des nouvelles de Barza infos que les radiodiffuseur.euse.s peuvent utiliser. Il y a des documents sur les droits des jeunes en matière de santé sexuelle et reproductive, des ressources sur les questions de genre, des histoires de jeunes radiodiffuseur.euse.s et ce qui les motive, et beaucoup d’autres articles sur les jeunes. 

3. Former de nouveaux groupes de jeunes

S’il n’y a pas de groupes de jeunes près de la station de radio, les radiodiffuseur.euse.s peuvent les former en tant que clubs d’écoute radiophonique. Suivant l’expérience de Radios Rurales Internationales en Afrique de l’Ouest, il est recommandé que les stations de radio utilisent les procédures suivantes pour former de nouveaux groupes de jeunes :

  • Recrutez les jeunes par le biais de la radio en leur fournissant un numéro de téléphone où ils peuvent appeler pour s’inscrire.
  • Recrutez sur le site Facebook de la station de radio et sur d’autres sites de médias sociaux.
  • Précisez les objectifs du groupe.
  • Veillez à ce que les membres du groupe ne participent que s’ils choisissent librement de le faire.
  • Assurez-vous que les membres du groupe comprennent qu’ils sont des bénévoles non rémunérés. 
  • Créez un groupe WhatsApp pour tous les membres.
  • Après avoir créé le groupe, organisez une réunion en face à face pour clarifier les objectifs du groupe et répondre aux questions.
  • Élaborez des lignes directrices et des principes qui garantissent des valeurs communes aux participant.e.s.

4. Former les jeunes à la production et à la présentation d’émissions pour la jeunesse

Lorsqu’elles forment des jeunes à devenir des producteur.trice.s et des animateur.trice.s d’émissions pour la jeunesse, les stations doivent les former à la fois sur les compétences « techniques » et sur les compétences « non techniques ». Les compétences techniques comprennent l’utilisation de l’enregistreur audio, le montage audio, la rédaction d’un texte radiophonique et le mixage d’une émission de radio finie. Les compétences non techniques comprennent les interviews, la conduite des discussions en groupe, la création de micros-trottoirs et d’autres compétences connexes.

Les ressources en ligne suivantes proposent des suggestions sur les meilleures pratiques en matière de formation des jeunes radiodiffuseur.euse.s :

Recherchez les autorités compétentes pour s’engager avec les jeunes sur les sujets qu’ils choisissent de couvrir. Il peut s’agir de spécialistes de différents domaines, mais toujours de responsables tels que des représentant.e.s des ministères de l’Éducation, de la Santé et des Finances.

Mettre les jeunes à l’aise à l’antenne

  • Les jeunes ne réagissent pas bien aux voix qu’ils considèrent comme inauthentiques ou condescendantes. Ils apprécient plutôt les voix à l’antenne qui sont authentiques, directes et franches, et qui respectent les connaissances et les attitudes des jeunes. Les jeunes seront plus à l’aise de parler à l’antenne et plus enclins à écouter les émissions de radio lorsque les radiodiffuseur.euse.s utilisent le langage, le style et le rythme des jeunes (qui peuvent être très différents de ceux des émissions destinées à un public plus âgé). Mais les radiodiffuseur.euse.s doivent éviter de « tenter » de ressembler aux jeunes, ce qui est inauthentique, et se contenter d’être ce qu’ils sont. Les radiodiffuseur.euse.s adultes doivent se considérer moins comme des « enseignants » que comme des personnes qui initient simplement les jeunes au monde de la radio d’une manière attrayante.
  • Intégrer dans les émissions des histoires courtes et réelles qui mettent en scène des jeunes.
  • Intégrer le divertissement dans le thème de l’émission.

5. Études de cas — Émissions pour la jeunesse produites et présentées par des jeunes

La plupart des stations de radio qui diffusent des émissions produites et présentées par les jeunes eux-mêmes le font dans le cadre de projets de développement gérés par une organisation non gouvernementale. Ces projets comprennent souvent des émissions sur un thème spécifique qui touche les jeunes, par exemple la santé sexuelle et reproductive, le VIH et le sida, l’éducation, l’autonomisation des jeunes ou la violence chez les jeunes. Les exemples ci-dessous du Malawi et de la République démocratique du Congo illustrent ce point.

Projet Health Policy Plus (HP+), Malawi

Health Policy Plus (HP+) était un accord de coopération de sept ans financé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) qui a débuté en 2016 et s’est achevé en 2022.

Au Malawi, le projet HP+ a formé et encadré des équipes d’adolescent.e.s dans trois districts pour la production d’émissions radiophoniques hebdomadaires sur des sujets liés aux services de santé adaptés aux jeunes. Le projet les a également formés aux techniques de base de la radiodiffusion et du journalisme, y compris les interviews, le montage, la narration créative et la vérification des faits. Il leur a appris à utiliser ces compétences pour plaider en faveur de services adaptés aux jeunes plus accessibles et de meilleure qualité.

Le projet a travaillé avec une station de radio dans chacun des trois districts du projet. Il a formé le personnel des stations de radio à la supervision et au développement des adolescent(e)s afin qu’ils et elles puissent être des mentor.e.s efficaces pour les jeunes. Il a fourni aux stations de radio des enregistreurs et un ordinateur de bureau pour que les jeunes puissent les utiliser et leur a versé une petite allocation pour le transport et les autres dépenses liées à la production des émissions. Des bulletins hebdomadaires ont été envoyés par courrier électronique au personnel des stations et aux jeunes reporters, fournissant des informations détaillées sur des sujets de santé liés à la jeunesse afin de les aider à développer des thèmes d’émissions et à rendre compte des sujets avec précision.

Les émissions de radio étaient des magazines de 30 minutes qui traitaient de questions intéressant les jeunes, notamment la nécessité pour les parents de parler de sexualité avec leurs enfants, l’importance pour les filles de rester à l’école, les problèmes liés aux mariages précoces et les endroits où les jeunes peuvent obtenir des conseils sur la planification familiale et les questions de santé, ainsi que sur le traitement des infections sexuellement transmissibles. Les jeunes ont également produit des messages d’intérêt public quotidiens contenant des messages brefs et forts à l’intention des filles sur leur droit de refuser les rapports sexuels et d’exiger de leurs partenaires qu’ils utilisent un préservatif.

Après la formation initiale dispensée par le projet HP+, les jeunes formés ont continué à produire les émissions par eux-mêmes. 

Campagne radiophonique Watoto – À l’est de la République démocratique du Congo (RDC) 

Campagne radio Watoto (qui signifie Radio des enfants) est une initiative d’un journaliste congolais, Daniel Makasi, qui vise à protéger les droits des enfants et à faire entendre leur voix. Le projet a débuté en 2020 et cible les jeunes et les enfants de moins de 18 ans. Goma, où ce projet est mis en œuvre, a connu des guerres et des catastrophes naturelles. Les guerres opposent des groupes qui recrutent parfois des « enfants soldats » dans leurs rangs. La catastrophe naturelle constante qui menace Goma est le mont Nyiragongo, un volcan actif qui envoie parfois des laves chaudes dans la ville, poussant les habitants à fuir pour sauver leur vie. Les enfants sont alors séparés de leurs familles. 

Objectifs de la campagne radio Watoto :

  • Renforcer l’accès des enfants et des jeunes à la radio par une participation active à l’antenne.
  • Sensibiliser les radiodiffuseur.euse.s à la création d’émissions pour les enfants et les jeunes.
  • Former des clubs d’écoute radiophonique pour les enfants et les jeunes.
  • Initier les enfants et les jeunes à la production radiophonique.

Le projet a formé plus de 30 journalistes enfants et les jeunes, qui animent des émissions de radio dans les stations de radio de la région. Les émissions abordent la plupart des questions qui touchent les enfants et les jeunes de la ville de Goma, notamment l’instabilité politique, les guerres impliquant le recrutement « d’enfants soldats », les catastrophes naturelles telles que les éruptions du mont Nyiragongo, les questions de santé, les viols, et bien d’autres encore.  

Le rôle des jeunes dans le projet

La campagne radio Watoto initie les enfants et les jeunes aux techniques de production radiophonique et les fait participer à l’antenne en tant que coanimateur.trice.s, invités et parfois acteur.trice.s dans des pièces de théâtre. Faire entendre la voix des jeunes à l’antenne permet de rendre publics les sentiments, les désirs et les solutions des jeunes, de promouvoir la liberté d’expression et de contribuer à leur développement intellectuel. 

Chaque station de radio qui collabore avec la campagne radio Watoto a lancé une émission de radio hebdomadaire consacrée aux enfants et aux jeunes. En plus de fournir du temps d’antenne pour les émissions hebdomadaires, les stations de radio aident également à mettre en place des clubs de jeunes dans les communautés où les émissions sont produites. Elles rencontrent également les parents des enfants et des jeunes pour discuter des progrès de leurs enfants et de la manière dont les parents peuvent les aider à la maison.

Similitudes et différences entre HP+ et la campagne radio Watoto 

La principale similitude est qu’il s’agit dans les deux cas de projets enfants et jeunes qui travaillent avec des stations de radio. Mais alors que HP+ est axé sur la collaboration avec les jeunes pour promouvoir une programmation radiophonique qui sensibilise aux services de santé adaptés aux jeunes, à l’importance d’une éducation de qualité et à la protection contre l’exploitation et les abus, le projet de la campagne Watoto est moins limité en termes de types de sujets sur lesquels les enfants et les jeunes participant.e.s sont impliqués. 

Les projets illustrent deux approches différentes de la programmation radio pour la jeunesse. Dans le premier cas, un bailleur de fonds commandite une émission qui se concentre sur des questions spécifiques. L’autre approche, celle adoptée par le projet de la campagne Watoto, est moins limitée et peut donc se concentrer sur les sujets les plus importants pour les jeunes dans la zone d’écoute d’une station. 

D’une certaine manière, les émissions commanditées sont plus faciles à gérer pour les stations de radio, car le commanditaire paie généralement tout et la station se contente de diffuser les émissions. De plus, dans ce type de projet, la station peut recevoir du matériel de valeur de la part du donateur ou de la donatrice et peut former des jeunes et les enfants à la radiodiffusion. 

La campagne radio Watoto est un projet financé localement et dirigé par des journalistes locaux. Les jeunes impliqués dans le projet peuvent discuter de n’importe quel sujet qui les concerne. Le projet s’appuie fortement sur les stations de radio pour travailler avec les jeunes à la production de leurs émissions. Ainsi, une grande partie des émissions pour la jeunesse du projet est liée aux activités de la station de radio, et c’est la station qui décide quand les émissions pour la jeunesse peuvent être diffusées. Cependant, comme indiqué ci-dessus, la programmation est suffisamment flexible pour répondre aux besoins locaux du moment.

Où puis-je trouver d’autres informations sur les émissions pour la jeunesse?

  1. Harrisberg, K., 2022. De jeunes reporters font entendre les voix de la COP27 sur les radios africaines. https://www.reuters.com/business/cop/young-reporters-bring-voices-cop27-africas-radios-2022-11-10/ 
  2. Health Policy Plus, sans date. Points de vue : Reaching Youth through Radio Programs in Malawi. http://www.healthpolicyplus.com/MalawiYouthRadio.cfm
  3. Hicham El Habti, 2022. Pourquoi la jeunesse africaine détient la clé de son potentiel de développement. Forum économique mondial. https://www.weforum.org/agenda/2022/09/why-africa-youth-key-development-potential/
  4. Linfoot, M., 2018. Sounding Out : Une analyse rapide des jeunes et de la radio au Royaume-Uni. British Council. https://music.britishcouncil.org/sites/default/files/UoW-MusicTank-Sounding-Out-Radio-Research-British-Council.pdf
  5. Martin, Y., et Middleton, L., 2011. Comment lancer un projet de radio pour les jeunes dans votre communauté : Manuel de l’animateur. UNICEF et Children’s Media Foundation. https://childrensradiofoundation.org/how-to-start-a-youth-radio-project-in-your-community/
  6. Olumuji, E., 2022. Émissions radio pour l’autonomisation des jeunes et le développement national. Dans : Handbook of Research on Connecting Philosophy, Media, and Development in Developing Countries : Handbook of Research on Connecting Philosophy, Media, and Development in Developing Countries, p. 365-373. 
  7. Réseau d’initiatives en matière de communication, 2004. Projet de radiodiffusion pour la jeunesse. https://www.comminit.com/content/youth-broadcasting-project
  8. Shipler, N., 2006. Youth Radio for Peace Building, 2nd edition. Search for Common Ground. https://www.sfcg.org/programmes/rfpa/pdf/manual_03_EN_color.pdf  
  9. Site Web de la Fondation pour la radio des enfants : www.childrensradiofoundation.org 
  10. Tejkalova, A. M., et al, 2021. Les enfants et la radio : Qui doit écouter qui ? Journalism Practice, https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/17512786.2021.2011377
  11. UNESCO, 2015. La radio permet à la jeunesse indienne d’apporter un changement social. https://www.humanrights.com/newsletter/issue12/radio-empowers-indian-youth-to-bring-social-change.html 
  12. Youth Media Action, sans date. Programme de radiodiffusion pour enfants. https://youthmediaaction.com/child-broadcasting-program/

 

 

 

 

Remerciements

Rédaction : Patrick Mphaka, ancien chargé des réseaux, RRI. Avec la contribution de Sylvie Harrison, gestionnaire des métiers radiophoniques, RRI ; Gina Vukojevic, cheffe d’équipe, Égalité des genres et inclusion, RRI ; Tinatswe Mhaka, chargée de l’égalité des genres et de l’inclusion, RRI ; et Vijay Cuddeford, rédacteur en chef, RRI.  

Cette ressource a été produite grâce à l’initiative « HÉRÈ — Bien-être des femmes au Mali » qui vise à améliorer le bien-être des femmes et des filles en matière de santé sexuelle et reproductive et à renforcer la prévention et la réponse aux violences basées sur le genre dans les régions de Sikasso, Ségou, Mopti et le district de Bamako au Mali. Le projet est mis en œuvre par le Consortium HÉRÈ – MSI Mali, en partenariat avec Radios Rurales Internationales (RRI) et Women in Law and Development in Africa (WiLDAF) grâce au financement d’Affaires mondiales Canada.