Poser de meilleures questions

Introduction

En tant que radiodiffuseurs et radiodiffuseuses, producteurs et productrices, nous posons de nombreuses questions chaque jour. C'est ainsi que nous obtenons les informations dont nous avons besoin pour réaliser nos scripts, nos programmes et nos reportages. Nous posons généralement ces questions dans le cadre d'une interview (pour en savoir plus sur la manière de construire et de mener à bien une interview, cliquez ici). Souvent, dans l'urgence d'obtenir les informations que nous voulons, ou parce que nous avons une idée préconçue de ce que nous voulons ou attendons de notre interlocuteur ou interlocutrice, nous posons ce que l'on appelle des "questions orientées". Ces questions peuvent empêcher la personne interrogée de répondre ouvertement et honnêtement, car elles lui demandent de répondre dans un sens implicitement suggéré. Pour respecter vos interlocuteurs et interlocutrices, vos auditeurs et auditrices, il est important de poser de meilleures questions, des questions qui ne poussent pas la personne interrogée à donner une réponse simplement parce qu'elle croit que l’interviewer veut ou s'attend à l'entendre.

 

Qu'entendons-nous par "meilleures questions"?

 

Les meilleures questions sont neutres, impartiales et ouvertes. Elles aident la personne interrogée à raconter son histoire en donnant des informations claires, dans ses propres mots, sans être influencée par l'enquêteur ou l'enquêteuse.

Les meilleures questions remplacent les questions orientées. Les questions orientées indiquent à la personne interrogée comment elle doit répondre. Elles "conduisent" la personne interrogée vers ce que l'enquêteur ou l'enquêteuse veut ou attend d'elle.

Les meilleures questions donnent lieu à de meilleures réponses, plus ouvertes, plus honnêtes et plus surprenantes.

 

Comment le fait de poser de meilleures questions peut-il m'aider à mieux servir mes auditeurs et auditrices?

 

  • En posant de meilleures questions, vous augmentez les chances que les personnes interrogées donnent, et que les auditeurs et les auditrices entendent, des réponses utiles, c'est-à-dire des réponses suffisamment détaillées et pertinentes.
  • Cela réduit les risques que les personnes interrogées éludent les sujets qu'elles préféreraient éviter.
  • Elles permettent aux auditeurs et aux auditrices de mieux comprendre ce que la personne interrogée croit et ressent.
  • Elles permettent de maintenir l'élément de surprise dans une interview, ce qui la rend plus intéressante à écouter. Les questions orientées favorisent les réponses spécifiques.
  • Elles peuvent augmenter, grâce à des questions de suivi, le nombre de détails dans les réponses
  • Elles sont plus honnêtes et donc plus valables d'un point de vue journalistique.

 

Comment le fait de poser de meilleures questions peut me permettre de produire de meilleurs programmes?

 

  • Apprendre à poser de meilleures questions est un moyen de faire de la curiosité, la pierre angulaire du bon journalisme, le moteur de chaque interview
  • Il est plus honnête car il élimine les croyances et les attentes du journaliste dans les questions.
  • Cela évite l'apparition de préjugés dans le programme.
  • Cela aide le journaliste à comprendre ce qu'est l'histoire, et non ce qu'il a cru être l'histoire.

 

Comment puis-je commencer? (Pour en savoir plus sur ces points et d'autres, consultez la section Détails ci-dessous)

 

  1. Planifiez votre interview.
  2. Soyez conscient des différents types de questions et de leur but.
  3. Rédigez vos questions, en évitant les questions orientées.
  4. Préparez des questions précises, basées sur vos recherches.
  5. Préparez différents types de questions.
  6. Soyez prêt à poser de bonnes questions complémentaires

Détails

1. Planifiez votre entretien.

Il est toujours important de planifier vos entretiens. Tout d'abord, bien sûr, vous devez trouver la bonne personne pour aborder la question ou l'expérience que vous étudiez. Cette personne possède les connaissances et l'expérience nécessaires. Une fois que vous avez choisi la personne convenable, il faut décider de ce que vous voulez apprendre d'elle. Il faut savoir exactement ce que vous voulez pour pouvoir concevoir de meilleures questions.

Il est également important de faire vos recherches sur le sujet. Plus vous êtes renseigné sur le sujet et la personne interrogée, plus les questions que vous poserez seront pertinentes.

Neema est une petite exploitante agricole avec son mari Godfrey et leurs deux enfants. Ils vivent sur un hectare et demi de terre dans la région sèche de Dodoma en Tanzanie. Ils cultivent du maïs, ainsi que du manioc et des patates douces. La famille a pu se nourrir et gagner un peu d'argent. Mais un agent de vulgarisation leur a dit que les pertes de leurs cultures étaient énormes. Il a expliqué à Neema que jusqu'à 20 % de son maïs était perdu chaque année en raison de mauvaises techniques de récolte et d'un stockage inadéquat. Les dégâts causés par les insectes sont fréquents et coûteux. Il a suggéré à Neema et à Godfrey, ainsi qu'aux agriculteurs et agricultrices voisins, de se familiariser davantage avec de meilleures techniques de récolte et de stockage. Neema le souhaite mais son mari se méfie des nouvelles méthodes, préférant cultiver comme leurs voisins. Il craint de se singulariser ou d'être ridiculisé.

Dans ce scénario, un entretien avec Neema permettrait d'explorer ses techniques actuelles de récolte et de stockage et de découvrir pourquoi son mari, comme beaucoup d'autres dans sa région, est peu disposé à essayer de nouvelles méthodes. Ce sujet peut s'avérer délicat car, dans le ménage de Neema, c'est généralement son mari qui prend les décisions. Essayer de le convaincre de changer leur façon de cultiver pourrait signifier changer la façon dont les décisions sont prises. Dans une telle situation, il est important de s'assurer que Neema sait que les questions peuvent dépasser le cadre de l'agriculture et porter sur la façon dont ils prennent leurs décisions agricoles, et de s'assurer que Neema est prête à répondre à ces questions. Le plan consisterait à lui rendre visite à sa ferme et à réaliser l'entretien à l'extérieur, près des sacs de maïs de la récente récolte. L'entretien commencera par une description de l'endroit où elle se trouve, de la réussite de la récolte de cette année, de la manière dont elle et Godfrey ont récolté le maïs, de la manière dont ils le stockent et s'ils envisageraient de changer leurs méthodes pour réduire les pertes. À ce stade, vous pouvez poser des questions sur la dynamique familiale. Vous savez, après avoir parlé à l'agent de vulgarisation dans le cadre de votre recherche, que ces deux agriculteur.trice.s peuvent envisager de perdre une quantité importante de maïs lors de la récolte, du stockage et du transport du maïs, et donc une grosse somme d'argent.

2. Soyez attentif aux différents types de questions et à leur but.

Un des plus grands obstacles à la pose de meilleures questions est la question orientée.

Les questions orientées peuvent vous permettre d'atteindre votre objectif plus rapidement, car vous incitez la personne interrogée à vous suivre. Mais c'est là le problème. Vous le conduisez à votre point de vue. Pas le sien.

Définition de la question orientée : Une question orientée est une question qui encourage une réponse bien particulière, souvent une réponse souhaitée ou attendue par l’interviewer. Les questions orientées sont souvent suggestives en raison de la façon dont la question est formulée. Parfois, les réponses souhaitées peuvent être incluses dans la formulation même de la question. Par exemple,

Neema, je vois que vous avez récolté votre maïs mais il semble que vous ayez eu une mauvaise année. N'y a-t-il pas eu assez de pluie?

En fait, Neema a eu une très bonne année. Elle a juste un espace limité pour cultiver le maïs. Mais la question ne lui permet pas d'expliquer cela. L'enquêteur ou l'enquêteuse fait d'abord une déclaration et Neema pourrait penser que c'est impoli de le contredire. La question ne portait pas sur le rendement mais plutôt sur les précipitations. Une meilleure question serait :

Neema, quel a été votre rendement en maïs cette année?

Neema peut répondre facilement à cette question. Son rendement a été supérieur à la moyenne. Comme l'entretien se déroule à côté des sacs de maïs, Neema pourrait même les montrer du doigt et décrire sa récolte. Les descriptions audio peuvent créer des images visuelles fortes pour l'auditeur ou l’auditrice.

Une question complémentaire sur la récolte pourrait être la suivante :

Quels sont les facteurs qui ont affecté le rendement?

Neema sait mieux que l’interviewer la quantité de pluie tombée et s'il y avait d'autres raisons pour une bonne récolte. Elle peut parler longuement de sa propre expérience sans avoir l'impression de devoir se concentrer sur la météo. En raison de la nature ouverte de la question "Quels sont les facteurs ...?", Neema a la liberté de parler des problèmes les plus importants auxquels elle est confrontée. Les questions complémentaires dépendront de la façon dont elle répondra.

Une autre façon de comprendre les questions orientées est de dire qu'elles sont suggestives parce qu'elles sont des questions prédisposées, des sondages orientés ou des questions chargées.

Questions prédisposantes. Il s'agit de questions qui rendent la personne interrogée plus susceptible ou plus encline à donner une réponse spécifique, surtout si cette réponse est considérée comme souhaitable par la personne interrogée.

Neema, utilisez-vous des semences de maïs améliorées?

La question semble neutre et non orientée à première vue. Mais elle pourrait prédisposer, ou en d'autres termes, inciter Neema à répondre oui parce qu'elle pense que l'utilisation de variétés améliorées est considérée comme une bonne chose - ou comme un objectif du projet de l’interviewer. Il est important de se rappeler que, de manière générale, les personnes interrogées ont tendance à vouloir fournir des réponses qui plaisent à la personne qui les interroge, et des réponses qui les montrent sous un bon jour. Une meilleure question à poser est la suivante :

Quel type de graines utilisez-vous, Neema?

Ainsi, pour éviter de poser des questions prédisposantes, veillez à poser des questions qui a) ne contiennent pas de mots suggérant une réponse socialement souhaitable, et b) sont aussi générales que possible tout en vous permettant d'obtenir les informations dont vous avez besoin.

Voici un autre exemple de question prédisposante, et une meilleure question de substitution.

Êtes-vous favorable à l'adoption des nouvelles techniques de récolte efficaces utilisées par certains agriculteurs et agricultrices de cette région pour réduire les pertes de récolte?

Les mots "favoriser" et "efficace" orientent Neema vers la réponse socialement souhaitable, qu'elle soit favorable ou non à ces techniques. Remplacez cette question par ces questions ouvertes neutres qui lui permettent de répondre plus honnêtement.

Sauriez-vous si vous avez subi des pertes de récolte, avant ou après la récolte?

Quelles en sont, selon vous, les raisons?

Que pensez-vous des différentes techniques de récolte testées par certains agriculteurs et agricultrices?

En évitant les questions orientées, vous risquez de poser davantage de questions, mais ce sont des questions auxquelles Neema peut répondre à partir de son expérience vécue. C'est elle l'experte ici, pas l'interviewer. Les questions ouvertes lui donnent l'occasion de partager ses connaissances.

L'utilisation du terme "sauriez-vous" dans cette première question est un choix intéressant. Les chercheurs et les chercheuses suggèrent que l'utilisation de ce terme, comme dans "Savez-vous par hasard ...", implique que Neema n'est pas censée donner une réponse positive. Le fait de ne pas utiliser le terme "sauriez-vous" supprime cette attente, laissant Neema libre de parler de son expérience.

Les questions d'orientation : Les questions exploratoires : Les questions exploratoires sont utilisées pour approfondir la réponse ou la déclaration de la personne interrogée. Elles sont très utiles et pertinentes dans un entretien, contrairement aux questions orientées. Elles orientent de manière subtile (ou pas si subtile) la personne interrogée pour qu'elle réponde d'une certaine manière, ce qui revient à "mettre des mots dans la bouche de la personne interrogée". Par exemple, voici une question exploratoire pour Neema.

“Voulez-vous dire que les nouvelles options de stockage présentées par l'agent de vulgarisation ne fonctionnent pas?”

Neema a répondu à l’interviewer que le stockage de son maïs dans des sacs, comme elle a toujours fait, était préférable pour elle et Godfrey. L’interviewer a poursuivi avec une question exploratoire pour clarifier ce qu'elle voulait dire, dans ce cas une question orientée. La question suggère une idée qui n'était peut-être pas présente à l'esprit de la personne interrogée. Elle est également agressive et met Neema dans la position peu confortable de prétendre qu'elle est plus intelligente que l'expert en vulgarisation.

Au lieu de cela, la question doit être ouverte, par exemple :

Que voulez-vous dire par là? Ou - Pourriez-vous expliquer?

Les questions chargées : Une question chargée implique qu'un certain fait est vrai, même si sa vérité n'a pas été établie. Répondre à ce type de question place la personne interrogée devant un dilemme. Prenez par exemple cette question posée à Neema :

Pensez-vous que l'agent de vulgarisation a menti lorsqu'il vous a dit que vous perdiez 20% de votre récolte?

Le mot "mentir" est un mot très fort. Il charge la question en suggérant implicitement que l'agent de vulgarisation est, en fait, un menteur ou une menteuse. C'est une question injuste à poser à Neema, car elle n'aurait aucune idée des motivations de l'homme. Elle peut conduire à une réponse fausse ou biaisée. C'est également injuste pour l'agent de vulgarisation.

Une meilleure façon de poser cette question est la suivante :

Que pensez-vous de l'affirmation de l'agent de vulgarisation selon laquelle vous perdez 20% de votre maïs avant qu'il n'arrive sur le marché?

Neema peut vous dire si, d'après son expérience, c'est une bonne estimation. C'est son histoire, son expérience que vous recherchez.

3. Rédigez vos questions - en évitant les questions orientées.

Les questions non orientées sont des questions ouvertes qui éliminent les préjugés ou les attentes de l’interviewer. Elles sont conçues pour laisser aux personnes interrogées la liberté de répondre de la manière qu'elles souhaitent. Les questions non orientées les plus efficaces mènent à des discussions qui révèlent souvent des idées et des points de vue que l’interviewer n'aurait jamais envisagés. Dans le cadre des questions non orientées, la personne interrogée n'est pas obligée d'être en accord ou en désaccord avec l’interviewer, et n'est pas influencée par les suggestions de ce dernier.

Voici un exemple de questionnement composé de questions ouvertes que notre interviewer aurait dû utiliser avec Neema.

Pouvez-vous décrire à quoi ressemble votre ferme?

Quel a été le rendement de votre maïs cette année?

Quels facteurs ont affecté ce rendement?

Quel type de semences utilisez-vous, Neema?

Comment se sont-elles comportées?

Décrivez-moi comment vous et Godfrey plantez et récoltez le maïs.

Comment vous et Godfrey prenez vos décisions en matière d'agriculture?

Est-il important pour vous de travailler en équipe?

Savez-vous si vous avez subi des pertes de récolte pendant la moisson?

Quelles en sont les raisons, selon vous?

Que pensez-vous des différentes techniques de récolte que certains agriculteurs et agricultrices essaient?

Pourquoi avez-vous choisi de stocker votre maïs dans des sacs?

Comment avez-vous appris à le faire de cette façon?

Quelles sont les autres méthodes de stockage dont vous avez entendu parler?

Quels sont les avantages ou les problèmes de chaque système tel que vous le comprenez?

Quels sont vos projets futurs en matière de récolte et de stockage?

Ce sont toutes des questions ouvertes et elles constituent un bon point de départ pour votre série de questions. Mais il y a d'autres éléments à prendre en compte pour rédiger de meilleures questions.

4. Préparez des questions spécifiques, basées sur vos recherches.

Ne généralisez pas trop. Soyez précis. Par exemple, ne posez pas une question telle que,

"Quelle est la meilleure façon de traiter les problèmes de parasites dans le maïs?”

Il existe de nombreux types de parasites qui endommagent les plants de maïs et le maïs stocké. Donc, la réponse la plus sincère à cette question serait : "Cela dépend". Assurez-vous donc que votre question est spécifique, par exemple :

“Quelle est la meilleure façon de traiter la légionnaire d'automne dans le maïs six semaines après le semis?"

"Que faites-vous pour prévenir la présence de doryphores dans votre maïs récolté?”

N'utilisez jamais les mots "recommandé" ou "approprié" dans une question. Par exemple,

"Utilisez-vous le silo métallique recommandé pour stocker votre maïs?”

Le problème de cette formulation est que certaines personnes qui n'utilisent pas l'option de stockage recommandée sont susceptibles de vous dire qu'elles le font, ou qu'elles prévoient de le faire, parce qu'elles ne veulent pas se présenter sous un mauvais jour. De même, Neema peut croire qu'elle fait ce qui a été recommandé mais n'a pas bien compris le processus recommandé. L'enquêteur ou l'enquêteuse doit veiller à ne pas présumer de ses connaissances. Les questions ouvertes réduisent le risque de faire des suppositions.

Grâce à vos recherches, vous connaissez différentes façons de traiter un problème particulier, par exemple, un problème de parasites ou un problème de fertilité du sol ou de récolte. En faisant appel à des exemples précis, vous obtiendrez des réponses précises.

Que pensez-vous de l'idée que les agriculteurs et agricultrices de votre région se réunissent pour acheter une seule moissonneuse mécanique que toutes et tous pourraient utiliser à tour de rôle?

Le fait de préciser ce que vous voulez savoir aide les personnes interrogées, comme Neema, à mieux répondre à la question car elle sait exactement ce que vous voulez. Cela permettra également à votre public d'obtenir des informations meilleures et plus spécifiques.

5. Préparez différents types de questions

Chaque entretien nécessite une combinaison judicieuse de 1) questions permettant d'obtenir des informations, et 2) questions mettant en évidence le caractère ou la personnalité et les émotions de la personne interrogée. (Veuillez noter que, bien qu'il soit important de poser les deux types de questions, dans la pratique, les questions individuelles produiront souvent à la fois des informations et le caractère/personnalité/émotions).

Jusqu'à présent, la plupart de nos exemples de questions ont permis d'établir des faits. Nous avons interrogé Neema sur sa culture, ses techniques de récolte et ses possibilités de stockage. Mais nous ne savons pas grand-chose de sa personnalité, en tant qu'épouse, mère et entrepreneuse. Nous ne connaissons pas ses espoirs, ses rêves et ses craintes.

Bien sûr, nous n'avons peut-être pas besoin de tout cela pour notre programme. Mais les radiodiffuseurs et les radiodiffuseuses de longue date vous diront que vos auditeurs et auditrices écoutent plus attentivement les personnes auxquelles ils peuvent s'identifier émotionnellement. Ces personnes deviennent des voisins et des amis et, souvent, elles deviennent des modèles, partageant un terrain commun, dans le cas présent, l'agriculture. Ces modèles doivent refléter la communauté dont ils sont issus.

Les questions que vous posez, comme indiqué dans les exemples de questions ci-dessus, aident la personne interrogée à raconter son histoire. Outre les questions qui aident le public à s'identifier et à éprouver de l'empathie pour la personne interrogée (où elle vit, qui fait partie de sa famille, quelle est la taille de sa ferme, quelles cultures elle pratique, ses espoirs et ses rêves), vous devez lui demander d'expliquer les obstacles ou les problèmes qu'elle doit surmonter. Ils seront familiers à de nombreux membres de votre auditoire.

Voici une façon de penser à la structure du reste de l'interview et aux types de questions à poser. Elle est souvent décrite comme un arc narratif, allant jusqu'à un point culminant. Le point culminant est atteint lorsque la personne interrogée explique comment le problème a été résolu. Veillez à ce que vos questions soient ouvertes, encouragent les descriptions détaillées et aident la personne interrogée à raconter son histoire dans un ordre logique.

Les points suivants sont à privilégier dans vos questions.

  • Quelles sont les démarches qu'ils ont essayées pour tenter de résoudre le problème,
  • Comment et pourquoi certaines choses n'ont pas fonctionné,
  • Quels étaient les risques encourus,
  • Quelles options avaient-ils?
  • Quels choix avaient-ils fait et pourquoi les avaient-ils faits?
  • À quel moment ont-ils eu le sentiment d'avoir trouvé une solution à leur problème,
  • Qui les a aidés, et
  • Comment leur situation a changé, ainsi que celle de leur famille et de leur communauté.

Au fur et à mesure que l'histoire se déroule, il est utile pour l'auditoire de savoir comment la personne interrogée ressent ce qui se passe. Posez des questions qui le révèlent. Généralement, ces questions commencent par "Que pensez-vous de ...". Mais il existe d'autres moyens. Évitez toutefois de poser des questions orientées vers l'émotion telles que :

Vous deviez être en colère quand ...
ou
Vous étiez heureux quand … ?

Par ailleurs, certaines personnes interrogées peuvent être réticentes à parler d'elles-mêmes et de leurs sentiments. Vous devrez établir un climat de confiance avec elles avant de leur poser des questions qui font appel à leurs émotions.

Voici quelques questions pour Neema qui visent à montrer son caractère et ses émotions.

Comment vous êtes-vous senti au début de la saison des cultures?

Qu'avez-vous ressenti, Godfrey et vous, lorsque vous vous êtes rendu compte de la quantité de maïs perdue à cause de la chenille légionnaire d'automne?

Pouvez-vous décrire le premier jour où votre fils a pu vous aider à faire la récolte?

Quels sont vos rêves pour l'avenir de votre ferme?

De nombreux auditeurs et auditrices s'identifieront à ces questions - et très probablement aux réponses que Neema donnera. Ils apprendront à la connaître et voudront entendre ce qu'elle a à dire sur ses expériences agricoles.

6. Soyez prêt à poser de bonnes questions complémentaires

Aussi bonne que soit une question ouverte, le plus souvent votre interlocuteur ou interlocutrice ne vous donnera pas tout ce dont vous avez besoin dans chaque réponse.

Comme nous l'avons noté, plus la question est précise, plus la réponse l'est aussi. Mais il y a souvent des détails oubliés, des émotions à sonder, des explications à donner.

Vous devez être prêt à poser des questions complémentaires. Cela signifie que vous devez écouter très attentivement ce que dit la personne interrogée.

C'est là qu'il est très utile de préparer une série de questions à l'avance.

Si vous avez déjà en tête la prochaine question importante, vous n'avez pas besoin d'y penser. Vous pouvez vous concentrer entièrement sur la réponse à la question précédente - est-elle logique? Est-elle allée assez loin? Avait-elle tous les détails? Y a-t-il un contenu émotionnel à rechercher? Voici un exemple :

Question principale :

Comment s'est passée la récolte de maïs de cette année, Neema?

Questions complémentaires éventuelles en fonction de sa réponse :

Pouvez-vous la comparer à celle de l'année dernière?

Pourquoi l'année dernière était-elle meilleure?

Pouvez-vous l'expliquer?

Comment vous êtes-vous senti après la récolte de cette année?

Poser des questions complémentaires exige non seulement d'écouter, mais aussi d'être flexible. Vous avez peut-être votre liste de questions sur votre bloc-notes ou votre téléphone, mais si la conversation dévie dans une direction non prévue, vous devez avoir quelque chose à demander. Certes, la planification est importante, mais réagir à ce que vous entendez l'est tout autant.

Parfois, les questions complémentaires doivent remettre en question la réponse de la personne interrogée. À d'autres moments, les questions de suivi peuvent vous aider à mieux comprendre une réponse compliquée. Si vous n'êtes pas sûr de ce que quelqu'un veut dire, il est préférable de dire : "Expliquez-moi s'il vous plaît". Ou "Pouvez-vous me donner un exemple?" Vous n'avez souvent qu'une seule chance lors d'un entretien.

Voici trois tactiques pour poser des questions complémentaires

A. Posez à nouveau votre question initiale, de manière légèrement différente.

N'ayez pas peur de poser deux fois la même question. Si vous interrogez quelqu'un et que la personne détourne la première question ou ne donne pas de véritable réponse, vous pouvez dire : "Laissez-moi vous poser la question d'une autre manière ...". C'est efficace car vous faites savoir à la personne interrogée que vous ne la laissez pas s'en sortir, mais vous lui permettez de sauver la face en laissant entendre que votre question initiale n'était peut-être pas assez claire.

Attention : Il faut changer la façon dont vous formulez cette deuxième question, sinon elle peut sembler contradictoire. L'essentiel est de poser la question d'une autre manière, et de préciser que vous le faites.

B. Reliez les réponses de votre interlocuteur ou interlocutrice les unes aux autres en écoutant attentivement.

Une bonne stratégie pour comprendre ce que dit la personne interrogée est de relier sa réponse à quelque chose qu'elle a dit auparavant. Il ne s'agit pas d'essayer de prendre quelqu'un en flagrant délit de mensonge, mais plutôt de relier les points entre leurs réponses. Vous pouvez dire quelque chose comme : "Oh, c'est comme la fois où tu ...?" ou "Est-ce que c'est ce que tu voulais dire tout à l'heure quand tu as dit ...?". En plus de vous aider à mieux comprendre la personne, vous lui montrez que vous l'écoutez vraiment et vous lui apportez un éclairage utile en mettant en évidence un lien qu'elle n'avait peut-être pas vu. Cela vous permet de synthétiser l'information plutôt que de simplement l'entendre.

Attention : Si vous en abusez, vous risquez d'avoir l'air d'un inspecteur ou d’une inspectrice de police qui essaie d'attraper un criminel en train de mentir et de le forcer à avouer. Évitez de dire des choses comme "Mais ce n'est pas ce que vous avez dit tout à l'heure ...". Il s'agit davantage de faire la synthèse que d'interroger.

C. Posez une question sur les implications de leur réponse.

Lorsque les gens répondent à une question sans être particulièrement révélateurs, ou en donnant une réponse très "sûre", que faites-vous? Plutôt que d'accepter les réponses non révélatrices telles quelles, cherchez à vraiment comprendre la personne en lui posant des questions sur les implications de ses réponses. Par exemple :

Neema, vous avez dit que votre ferme est très ordonnée et bien entretenue. Qu'est-ce que cela signifie pour vous d'avoir une ferme comme celle-ci?

Nous savons que Neema doit travailler très dur sur l'apparence de sa ferme. On peut se demander ce qu'elle fait comme sacrifice pour que la ferme soit aussi bien entretenue.

Une question complémentaire pourrait être la suivante :

Comment trouvez-vous le temps de tout faire?

Attention : Lorsque vous posez des questions sur les implications, évitez de poser des questions orientées. Au contraire, soyez vraiment curieux de ce qu'ils disent et des implications de leur réponse.

Il existe d'autres raisons de poser des questions complémentaires, et elles influencent le type de questions que vous poserez. Par exemple, vous pouvez :

    • Demander à la personne interrogée de clarifier le sens de sa réponse.
    • Demander des exemples qui illustrent le point qu'elle essaie de faire valoir.
    • Demandez : "Qu'est-ce que cela signifie pour ___?"
    • Soulever une opinion opposée (par exemple, “Certaines personnes disent qu'avoir une ferme bien entretenue et bien rangée est une perte de temps ...") et lui demander ce qu'elle en pense.

Ce sont les questions complémentaires qui transforment une bonne interview en une excellente interview. Les bonnes questions complémentaires fournissent des détails riches, du caractère et de l'émotion.

Autres points

Les suggestions ci-dessus pour poser de meilleures questions peuvent être appliquées à n'importe quel entretien. Lors d'un entretien avec un homme politique, par exemple, les questions ouvertes et très spécifiques rendent plus difficile pour l'homme politique de se soustraire à une réponse directe. Et s'il choisit de ne pas répondre directement, l'interviewer dispose de plusieurs options. Il peut dire "Laissez-moi reformuler la question ..." ou demander "Pourquoi ne répondez-vous pas à la question?". Cette question est directe, mais elle peut être utile.

Vous serez peut-être moins enclin à poser des questions sur le caractère et les émotions à un politicien ou à un expert, car vous recherchez des réponses très spécifiques. Cependant, les politiciens et les experts sont aussi des personnes et en apprendre davantage sur eux en tant que personnes peut aider les auditeurs et les auditrices à mieux comprendre ce qu'ils disent.

Où puis-je acquérir d'autres connaissances sur la façon de poser de meilleures questions?

BBC Academy, undated. Ask clear, simple interview questions: Jeremy Paxman. https://rl.talis.com/3/lsbu/items/00BFC3CA-38DA-9642-EE3C-07D097D5D010.html

Columbia University, undated. Interviewing principles. http://www.columbia.edu/itc/journalism/isaacs/edit/MencherIntv1.html

Davis, Richard, 2014. Tactics for Asking Good Follow-up Questions. https://hbr.org/2014/11/tactics-for-asking-good-follow-up-questions

Farm Radio International, 2016. How to conduct an effective interview. https://training.farmradio.fm/how-to-conduct-an-effective-interview/

Farm Radio International, 2017. Interviewing experts: Best practices for broadcasters and experts. https://training.farmradio.fm/how-to-interview-experts-best-practices-for-broadcasters-and-experts/

Halbrooks, Glenn, 2019. Conducting a good television interview. https://www.thebalancecareers.com/tv-interview-tips-for-news-media-professionals-2315424

MediaCollege.com, undated. Leading Questions. https://www.mediacollege.com/journalism/interviews/leading-questions.html

Pizarro, A. G., 2015. Qualitative Interviewing: 3 Mistakes to Avoid in Question Formulation. http://simplyeducate.me/2015/02/08/qualitative-interviewing-3-mistakes-to-avoid-in-question-formulation/

Remerciements

Rédigé par : Dick Miller, producteur radio indépendant, formateur, et ancien producteur de documentaires de la radio de la CBC, chargé de cours à l'Atelier avancé sur les documentaires de l'Ecole de Journalisme de l'Université de King's College.

Cette nouvelle a été produite grâce à une subvention de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ) qui met en œuvre le programme des Centres d’innovations vertes.